0

Lectures d’été : mangas et BD

Bon, je dois avouer que cet été c’est plus paperasse (nouveau boulot en CDI, achat de première voiture, assurances à souscrire), recherche d’appart (et maintenant qu’il est trouvé, faut préparer le déménagement, trouver des meubles…). Mais j’ai quand même eu le temps de lire (bon pas trop de romans). Et j’ai notamment découvert grâce à un ami de super séries de mangas, donc, pour les amateurs, je partage :


Blessures nocturnes de Mizutani Osau (scénario) et Tsuchida Seiki (dessin) : inspiré d’une histoire vrai, ce manga retrace le combat d’un homme pour sortir des jeunes de leurs soucis (familiaux, drogues, …). Le sujet est dur, mais ce que l’on retire émotionnellement de cette lecture est très beau, surtout lorsqu’on apprend que ce n’est pas qu’une fiction, mais que quelqu’un a vraiment fait tout ce travail. La série est finie et ne compte que 12 tomes (pour ceux qui en ont marre des séries à rallonge, ou qui ont envie de lire une histoire du début à la fin sans attendre des mois, ou qui n’ont pas un budget leur permettant d’acheter en masse).


Real de Takehiko Inoue : j’avoue que ce qui m’a attirée au début, c’était le sujet de l’handi-basket. On accroche très vite, on suit vraiment le parcours des personnages et leurs efforts. Je ne peux pas vous dire tout ce qui m’a plu, car certaines choses en révéleraient trop sur l’histoire or, ce qui est bien justement, c’est que l’histoire ne suit pas toujours les schémas que l’on pense être tout tracés pour certains personnages. On a de vraies surprises à la lecture et on a vraiment envie de savoir ce qui va arriver à tous les personnages. Voilà le résumé mieux que je ne saurais le faire :

Tomomi Nomiya vient d’être renvoyé de son lycée. Passionné de basket-ball, il ne joue plus depuis l’accident de moto dans lequel Natsumi Yamashita, sa passagère, a perdu l’usage des jambes. Son exclusion fait le jeu de Hisanobu Takahashi, lui laissant le champ libre pour s’imposer comme leader de l’équipe de basket du lycée. En visitant Natsumi, Tomomi fait la connaissance de Kiyoharu Togawa, amputé d’une jambe suite à une maladie des os et qui s’est exclu de sa propre équipe d’handi-basket, qu’il juge médiocre.

C’est alors que Hisanobu est victime d’un grave accident de la circulation, renversé par un camion en roulant sur un vélo volé. Il va alors à l’hôpital pour la rééducation, mais ne veut pas croire qu’il devra se déplacer en fauteuil roulant pendant le restant de sa vie.


Peace Maker de Ryuji Minagawa : un contexte original pour un manga qui se déroule dans un univers de Far West (avec du combat, des duels, des ennemis tous plus bizarres les uns que les autres), une intrigue intéressante avec plein de petits éléments que l’on découvre au fur et à mesure, et des personnages qui vous donneront l’occasion de les découvrir et de les redécouvrir tout au long de l’histoire. Je pense que je ne serai pas la seule, mais je trouve que l’on accroche vraiment bien aux dessins, ce qui est toujours mieux avec un manga.


Voilà mes trois plus gros coups de cœur, mais pour le coup, ce sont vraiment de gros gros coups de cœur. Moi qui commençais à être un peu à court d’idée de lecture pour les mangas, j’ai été ravie. J’espère que vous y trouverez votre compte aussi !


Sinon, voici une liste que j’avais faite de mes lectures récentes de BD/mangas en juin sur Sens Critique (pas besoin d’avoir un compte pour pouvoir consulter la page) : sélection mangas/BD. Oui, j’ai un peu la flemme de tout réécrire, je l’avoue, et puis j’aime bien la présentation de Sens Critique pour les listes.


Et pour ceux qui ne connaîtraient pas encore, le meilleur pour la fin (à lire absolument même pour ceux qui ne lisent pas de mangas) :

Yotsuba & !

Il est rare pour moi de rire en lisant un livre, un manga ou en regardant un film, mais avec Yotsuba, je suis sûre qu’à un moment ou un autre sans m’en rendre compte d’un seul coup je vais être en train de rire, et ce même après l’avoir lu et relu. Kiyohiko Azuma a le génie de savoir dépeindre, avec un dessin parfois très simple, des situations qui vont vous donner du baume au cœur. Il ne s’agit pourtant bien souvent que du quotidien d’une petite fille, mais grâce aux expressions du visage, aux mouvements du corps, au rythme du récit, on est complètement pris dans la vie de ces personnages et on revit avec eux tous ces moments. Du bonheur couché sur du papier, tout simplement, à lire et à diffuser autour de vous !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *