2

Salon du livre de Meximieux – 2012

Les 24 et 25 mars, je me suis rendue au salon du livre de Meximieux dans l’Ain, organisé par les rencontres de Vaugelas, afin d’y dédicacer mes deux ouvrages: Neige & Shab et Les Messagères de la Déesse.

Ayant lu quelques articles de blogs sur des salons du livre, je ne partais pas en m’attendant à vendre un nombre de livres phénoménal. En effet, en moyenne, un auteur dédicacerait 6 livres par journée (moyenne largement remontée par les auteurs connus) et un auteur inconnu dont c’est le premier salon (donc mon cas) devrait s’estimer heureux de vendre ne serait-ce qu’un livre par jour, ce qui sera donc mon objectif pour chaque journée de ce salon. Toutefois, en tant qu’auteur, j’y allais essentiellement car je pensais qu’il était important et intéressant de découvrir cet aspect du métier et de rencontrer d’autres auteurs.

Avant de partir, j’ai préparé la veille mes affaires : des stylos qui marchent, de quoi prendre en note ce qui se passe pendant la journée, de quoi rendre la monnaie, les livres évidemment (arrivée le jour même alors que commandés le 12 mars)…

Le 24 mars

Départ 8h de Grenoble avec mon père, on arrive avec mon carton de livres aux alentours de 9h30. Le salon du livre se déroule dans une salle des fêtes qui sert aussi parfois de salle de projection. Sans fenêtre donc, nous ne sommes éclairés qu’à la lumière électrique, ce qui est dommage vu que dehors il fait un temps magnifique. Je salue quelques auteurs déjà présents, je m’installe. Puisqu’on a le temps avant que le salon n’ouvre ses portes aux visiteurs à 10h, je discute un peu avec mes voisins de droite et de gauche et je regarde les stands des autres auteurs.

Pendant tout le salon, il n’y aura pas foule et, si l’on voit des personnes devant les stands, ce sont essentiellement des auteurs (nous étions une quarantaine) qui ont quitté leurs tables pour aller discuter avec d’autres. Les auteurs plus expérimentés que moi -vu que ce salon aura été mon premier- décriront ce vide comme assez inhabituel, même si la fréquentation des salons du livre est de manière générale en baisse. L’un d’entre eux déclarera « J’ai vu trois déserts dans ma vie : le désert du Sahara, le désert de Gobi et le désert de Meximieux. ».

Mais revenons à notre journée de samedi. Alors que j’étais avec mon père qui discutait avec une auteure, aux alentours de 11h, je vois une mère accompagnée de sa fille, une adolescente, s’attarder devant ma table. Je laisse donc mon père pour retourner à ma place. Les deux regardent les livres, attirées par la couverture, me posent quelques questions puis partent pour finir leur tour avant de revenir. L’adolescente est indécise sur lequel choisir puis -suivant mes conseils- finit par prendre Les Messagères de la Déesse.

De 11h30 à 12h, se déroule la remise du prix de Vaugelas avec les élus et les photographes qui prennent notamment en photo le public… composé presque uniquement d’auteurs qui ont été invités à venir assister à la remise du prix.

A 13h, je mange sur place avec mon père, comme nous ne savons pas trop s’il est judicieux de s’absenter ou non (le salon reste ouvert au public toute la journée).

A vrai dire, le public (une ou deux personnes de temps à autre) commence à revenir vers 14h et c’est à 14h50 environ que je vends deux livres (un Neige & Shab et un Les Messagères de la Déesse) à une maman qui était venue avec ses deux filles. Cela grâce à mon père qui -les croisant à la sortie- leur demande si elles n’ont rien trouvé pour les enfants. Comme elles répondent qu’effectivement c’est le cas, mon père leur signale deux stands (le mien et celui d’un jeune qui a également écrit un roman fantastique). La maman et ses filles sont donc revenues et ont acheté les deux, l’ainée des deux filles, pour qui étaient les livres, n’arrivant pas à se décider.

Le reste de l’après-midi se passe sans que je ne vende de livres, j’en ai donc profité pour discuter avec mes voisins (dont je parlerai plus tard) et pour regarder un peu les livres des autres auteurs. Des lectures de passages de livres exposés sont faits par un des auteurs présent sur son initiative (approuvée par les organisateurs), même s’il n’y a presque que des auteurs pour les entendre. Départ à 18h30 en laissant tout sur place puisque la salle sera fermée.

Le 25 mars

Ce jour-là, départ un peu plus tard (puisqu’il n’y a pas besoin d’installer la table) avec ma mère qui, contrairement à mon père, ne restera pas et ira se balader dans le coin. J’arrive à 9h45. Des viennoiseries sont offertes aux auteurs, aussi je m’installe un moment pour manger en compagnie d’autres auteurs (c’est notamment là que j’entendrai la remarque sur le désert de Meximieux).

Par rapport à la veille, certains auteurs ne sont plus là et il y en a quelques nouveaux dont Dana Lang, avec qui je discute. Puis je retourne à ma table aux alentours de 10h puisque, même s’il n’y a pas foule, quelques visiteurs commencent déjà à arpenter l’allée. Par rapport à la veille, il y a un peu plus de monde. Mon voisin de droite propose aux organisateurs d’aller distribuer des marque-pages à la sortie de la messe pour essayer de ramener un peu plus de visiteurs. Comme c’est approuvé, il ira avec une bénévole de l’association des Rencontres de Vaugelas, bien que nous ne sommes pas sûrs que cela ait réellement changé grand chose à la fréquentation du salon.

Je vends mon premier livre de la journée à 12h15 à une dame qui cherchait un livre à offrir à un garçon de 10 ans. Comme les personnages principaux sont des filles, cette dame à longtemps hésité, ne sachant trop si le garçon accrocherait, puis finit par acheter Les Messagères de la Déesse. Puis entre 12h40 et 12h45 je vends deux livres à deux exposants : Dana Lang, qui achète Les Messagères de la Déesse pour elle-même, et J-C Kieffer qui achète Neige & Shab pour sa fille de 9 ans deux minutes plus tard. Comme ce sont des exposants et qu’ils restent ici encore toute l’après-midi, j’ai le temps de leur faire une dédicace avec dessin.

Aux alentours de 13h20, je vais manger dehors avec ma mère, histoire de profiter tout de même un peu du beau temps.

L’après-midi, c’est le calme plat, les lectures de passages de romans reprennent. Un passage de Neige & Shab est lu vers 15h35.

A 17h, alors que je pensais que plus rien ne se vendrait, une dame passe. Celle-ci, correctrice, donnait un prospectus aux auteurs afin de se faire connaître. Alors que je discutais un peu avec elle de ses tarifs, elle regarde mes livres. Comme je pensais qu’elle n’était là que pour faire sa pub, j’ai été un peu surprise quand elle m’a dit qu’elle achetait Neige & Shab.

A 18h, j’ai tout rangé et après avoir dit au-revoir aux voisins et à Dana Lang, je suis repartie avec ma mère direction Grenoble (1h30 de route).

Mes voisins et Dana Lang

Les personnes avec qui j’aurais le plus discuté auront été mes voisins et Dana Lang.

Mes voisins de gauche étaient Alain Blondelon et Olivier Deparis, édités chez Rivière Blanche, auteurs de Science Fiction (post-apocalyptique, Uchronie ou Space Opera). Ceux-ci m’ont beaucoup conseillée au niveau de l’écriture, des éditeurs. Ils avaient une bonne vision du monde de l’édition ce qui fait qu’il était très intéressant de discuter avec eux.

Mon voisin de droite était Michel Tamain qui accompagnait Pierre Tamain, son frère. Celui-ci, un vieux de la vieille, m’a beaucoup parlé les quelques fois où il n’était pas en vadrouille à droite ou à gauche. Il m’a notamment beaucoup parlé des salons/fêtes du livre du coin, de leurs organisations, de la communication à faire autour…

Enfin j’ai rencontré Dana Lang qui a été une conteuse internationale et qui maintenant prend le temps d’écrire. Celle-ci m’a conseillée de participer au salon du livres Fantasy Aventure Contes et Légendes qui, à son avis, correspond bien à mes écrits. Ce salon à lieu en novembre mais était déjà complet. La photo au début de l’article a été prise par son mari.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *