0

Etapes de l’écriture de Neige & Shab

L‘histoire de Neige et Shab m’est venue tout d’abord de dessins de deux personnages que j’avais faits lors de vacances. J’écrivais déjà beaucoup d’histoires mais sans jamais les finir. Aussi quand je suis rentrée de vacances, des histoires avec ces deux filles plein la tête, je me suis mise à écrire (à la main). Au départ Shab n’apparaissait qu’à partir du moment où les deux enfants se rencontraient mais, rapidement, des idées me sont venues pour elle aussi et j’ai commencé cette alternance entre les deux personnages. Il y a eu aussi des petits changements dans l’histoire ; Neige sauvant le village d’une attaque de loups en leur parlant s’est transformé en sauvetage des marchands attaqués par les brigands à l’aide des loups, et Neige et Shab ne devaient pas s’échapper seules, c’étaient des soldats de Frossmets qui venaient les délivrer.

Afin d’avancer correctement, je m’étais fixée l’obligation d’écrire une page par jour, et donc dans mon cahier je mettais une petite barre sur la page suivante pour savoir jusqu’où, au minimum, je devais aller. J’avais le droit de prendre du retard, mais au week-end je devais tout avoir rattrapé, donc si je n’écrivais rien de la semaine, le dimanche, je me retrouvais avec sept pages à écrire.

Première difficulté

Cela a bien marché jusqu’à ce que l’on fasse un voyage en Allemagne ; je n’avais pas le temps d’écrire, je n’avais pas d’idées… j’ai commencé à me dire que ce n’était pas grave, que je pouvais faire une pause pendant cette semaine là, mais au fond je savais très bien -je me connais- que dès lors que j’avais mis une exception, il y en aurait une autre puis encore une autre ; je m’étais donc résignée à ce que ce roman s’achève là comme tant d’autres s’étaient arrêtés avant la fin.

Heureusement Adeline a sauvé ce livre ; Adeline faisait également partie du voyage, plus jeune je ne la connaissais pas beaucoup car elle venait d’un autre collège mais on s’entendait bien. Elle a été la première personne à qui j’ai fait lire l’un de mes écrits… et elle a adoré. Du coup elle me demandait sans cesse la suite et me poussait à l’écrire. Ce fut la première fois que je me suis mise réellement à réfléchir sur ce qui allait se passer ensuite dans mon histoire, plutôt que de laisser mon inspiration me trouver mes idées et, dès qu’elle était épuisée, je laissais tomber.

Petit à petit j’ai donc fini par arriver au bout de ce livre environ deux ans plus tard… A présent il fallait tout réécrire sur l’ordinateur !

Quand l’ordinateur ne simplifie pas toujours les choses…

Retaper tout à l’ordinateur m’a pris du temps également. Tout d’abord je n’avais pas d’ordinateur personnel ; mon frère me prêtait le sien deux heures par semaine : deux heures où je n’avais pas toujours envie de passer à taper. Cela m’a donc pris beaucoup de temps (heureusement quand j’ai eu un ordinateur personnel cela s’est accéléré). Mais l’ordinateur m’a confrontée aussi à des problèmes ; je me souviens notamment d’un bug qui a retransformé tous les caractères autres que les lettres de l’alphabet banales (sans accent…), toute la mise en page (alinéa, retour à la ligne…) en code. Heureusement mon père m’a montré la fonction « remplacer » qui m’a permis de changer tous les codes par leur caractère rapidement. Cela m’a enlevé beaucoup de boulot, il a juste fallu ensuite refaire toute la mise en page.

Fin de l’histoire

Quand le livre a été fini, je l’ai fait lire à quelques amis, des gens de ma famille qui m’ont fait part de leurs critiques. Cela est très important car, en tant qu’écrivain, il y a des choses par exemple qui nous semblent très claires (après tout, toute l’histoire est née dans notre tête) mais qui sont très obscures pour les lecteurs. L’idée d’essayer de publier ce livre est venue naturellement ; au début ce n’était pas mon intention, j’écrivais -et j’écris sûrement encore essentiellement- pour moi-même, mais une fois qu’il fût fini, tout le monde s’est dit que ce serait dommage de ne pas essayer. Les éditions Edilivre ont accepté de le publier, j’ai fait le dessin de la couverture. J’ai corrigé deux bons à tirer (BAT) avant de valider le troisième (les BAT sont le livre tel qu’il va être publié sous réserve de validation de l’auteur). Neige & Shab est donc sorti en septembre 2009.

Depuis, il a été présenté en novembre 2009 au lycée Vaucanson (Grenoble) dans une classe de seconde, en février 2010 au lycée français de Shanghai, et en avril 2010 au club lecture de la bibliothèque municipale de l’Alliance (Grenoble).

Petite anecdote sur la couverture

Il ne vous est jamais arrivé de penser que Neige avait l’air de quand même bien s’ennuyer sur la couverture ? Si oui, sachez qu’évidemment cela n’était pas le cas à l’origine. En effet, au départ, Neige était à l’envers et Shab à l’endroit, sauf qu’évidemment cela n’allait pas avec le titre puisque Neige vient avant. Il aurait été possible d’inverser les noms dans le titre, seulement, dans ma tête c’était « Neige & Shab » depuis des années et je ne me voyais pas changer soudainement. Aussi j’ai simplement inversé l’image pour que Neige se retrouve la tête en haut et Shab la tête en bas. Sauf que du coup, à l’envers, Neige a cet air un peu blasé qui n’était pas souhaité.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *